lundi 3 août 2015

Vous parler de ça de Laurie Halse Anderson

auteur : Laurie Halse Anderson
Edition : La belle colère

pitch:
En 1998, Laurie Halse Anderson, jusque-là auteur pour enfants, est réveillée par les sanglots d'une jeune fille. Dans la maison, ses enfants dorment à poings fermés ; c'est un cauchemar qui a réussi à la tirer du sommeil. Répondant au besoin de se vider l'esprit des pensées sombres qui s'y agitent, Laurie attrape un carnet et y couche le brouillon d'une histoire, celle d'une jeune fille qui ne parle plus depuis un terrible crépuscule d'été. Une fois sa mission accomplie, elle retourne se coucher. Laurie Anderson ne fit plus jamais ce mauvais rêve qui allait pourtant changer sa vie l'année suivante quand les notes seraient devenues un roman vendu à plusieurs millions d'exemplaires, un film hollywoodien (avec Kristen Stewart en 2004), de nombreuses nominations et récompenses, et plus de 30 traductions, Vous parler de ça n'est pas simplement un premier roman bouleversant. C'est un phénomène de société, c'est un sujet de conversation, c'est un étendard, c'est un livre capable de changer la vie de celles qui le lisent, et il est pour la première fois traduit en français. "Dans ce magnifique roman, Laurie Halse Anderson mêle fines observations et portraits hauts en couleur pour nous entraîner dans la tête d'une adolescente isolée... Elle insuffle à son récit une énergie capable de soutenir son héroïne à travers sa douleur et provoque l'empathie... Le réalisme de la métamorphose durement gagnée de Melinda laissera les lecteurs touchés et inspirés.
 
Mon avis :
 
J'ai entendu parler de ce livre, il y a un petit moment déjà, par justine de fairyneverland.
Donc toute l'année, je l'ai mis et enlevé, puis remis, de mon panier amazon. 
En attendant, j'ai vu le film avec Kristen Stewart, que j'aime bien, oui oui j'assume. Je l'ai vu deux fois.
Ce qui me fascine, appelle, parle dans le film et le livre, ça n'est pas le viol, ça n'est pas l'adolescence, c'est le mustisme. 
Je vais le dire, moi aussi je vis ça, depuis toute petite, il m'arrive de ne pas parler, ou peu parler pendant longtemps, pour fermer. Oui oui chacun ses névroses. On-fait-comme-on-peut-dans-la-vie.
Alors ce livre et ce film, montrait et parlait de ça. 
J'attendais du livre qu'il explique plus cela, parce que le livre est une plongée dans la tête de Melinda, je m'attendais à avoir des éclaircissements, des développement, des explications de son fonctionnement, de sa pensée, plus que dans le film.
Malheureusement, ça n'est pas forcément ce que j'y ai trouvé. 
Pour le coup j'ai trouvé le film plus clair sur certaines choses : son rapport avec ses parents, avec Heather, avec le prof d'art plastique.
Dans le livre on s'y perd. C'est sûrement un parti pris de l'auteur qui cherche à nous faire comprendre qu'il faut du temps pour guérir, et pour se trouver.  
La lecture n'était pas mauvaise, ça n'est pas ce que je dis, ça restait touchant, mais j'ai trouvé ça flou, éparpillé. Maintenant peut-être que j'aurai du livre le livre avant, et peut-être que j'en attendais trop.