vendredi 31 juillet 2015

after de Anna Todd



auteur : Anna Todd
édition : hugo roman collection new romance
pages : 600.

Le pitch :
Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux... Mais ça, c'était avant qu'il ne ne la bouscule dans le dortoir. Lui, c'est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un " p... d'accent anglais ! " Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé. Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle... Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limites. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque... Initiation, sexe, jalousie, mensonges, entre Tessa et Hardin est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ? L'écriture rythmée d'Anna Todd rendra accros tous ses lecteurs.
 
Mon avis :

Bon alors, ça fait plusieurs mois que j'ai lu ce livre. Cela fait depuis cet hiver que j'en entends parler autour de moi. Plusieurs personnes de mon entourage m'affirment être plongées dedans, c'est mieux que 50 nuances me dit-on. J'ai adoré 50 nuances de grey, je fais partie de ceux qui ont trouvé ça un peu trop romancé, un peu trop bisounours, mais j'avais dévoré la trilogie en semaine de grippe, c'est que la lecture fut plutôt plaisante. 
Donc lorsque ma collègue m'a gentiment proposé de me prêter le premier tome, j'ai sauté sur l'occasion. Elle a fait partie de celles qui ont avoué une addiction pour la série.
 
Ben j'ai pas aimé.
 
Voilà c'est dit, lancez moi des pierres, j'aurai vraiment aimé aimer, mais non. Pourquoi non? PARCE QUE JE NE PEUX PAS LES SUPPORTER. Oh doudouche, j'ai voulu tarter, baffer, claquer aussi bien la demoiselle, que le jeune homme tout au long du livre. J'ai dû soupirer encore et encore, à chacune des 600 pages,et ça fait long ! Pitié si quelqu'un dans l'assistance à partager mon désarroi, qu'il se fasse connaître que je me sente moins seule sur le bûcher.
 
Ben alors oui, moi Tessa je l'ai trouvée; cucul, gnangnan, fatigante, désespérante ( oui je sais je suis pas gentille...). Son côté psychorigide catho hystérique ET IDIOTE( j'ai rien contre les cathos qu'on se le dise, j'ai du mal avec la cucutterie) me sort par les trous de nez. Le seul moment où je lui ai trouvé un peu de relief, c'est lorsqu'elle s'oppose à sa maman.
 
Souvent quand on est une fille, et qu'on lit du new adult, on compte du coup beaucoup sur le personnage masculin... Pas de bol, Hardin ( la sardine ) ne correspond pas du tout à mon idéal, ou à un quelconque fantasme chez moi. Pour moi le bad boy rockeu est un plouc, oula attends c'est pas nimporte quel plouc, il lit du jane austen s'il te plaît. Pour moi ce type est un gamin en pleine crise d'adolescence, soit. FATIGUE ABSOLUE.C'est un pauvre type qui n'arrive pas à se construire, mais grandis un peu gars !
 
Le seul truc qui sauve le livre pour moi ce sont les passages de cul.. Oui oui c'est peut être encore ce qui reste le plus captivant, pourtant là non plus il n'y a rien d'exceptionnel, mais soit. 
 
Vous comprendrez donc, ma déception et surtout le fait que je me suis arrêtée là. Je ne supporte pas d'abandonner un livre, j'ai lutté, mais je suis arrivée au bout des 600 pages.
 
Voilà je reprends le clavier, bien délaissé ces derniers temps, des tas de photos de livres dans mon téléphone alors il faudrait peut être en faire quelque chose.