dimanche 21 décembre 2014

dystopie promise



Vi vi vi, encore une dystopie, dans la lignée de hunger games.
Je l'ai commencé à peu près au même moment. Sauf que j'ai du patienter bien sagement que les deux derniers tomes veulent bien revenir dans ma bibliothèque municipale. 
Alors bon, il s'avère qu'entre le tome 1 et 2, il s'est écoulé du temps et bien d'autres lectures, et du coup j'ai entamé Insoumise en ayant totalement oublié la fin de promise.
Alors oui j'aurai pu trouvé un résumé spoilant sur internet, et vi zai eu la flegmeumeu. 
Bref du coup oui ça m'a un peu plombé ma lecture, dans le sens où je ne comprenais pas comment les personnages se sont retrouvées séparées, et en road trip?
Mais soit, je me suis quand même laissée portée, et surtout j'ai craqué sur plusieurs personnages secondaires. Vick, et Indie...

J'ai abordé le dernier tome totalement différemment, fatalement je me rappelais très bien où on en était resté. Et là j'ai été happée, absorbée, j'ai adoré cette lecture.
J'aime aimé que la dame elle choisisse. J'ai aimé les représentations symbolique du fonctionnement de la société humaine.
Je me suis doutée de certaines choses, et totalement surprise par d'autre.

Et surtout je trouve que cette dystopie est une belle représentation de notre société et de ce qui nous pend au nez.
Sans tomber dans une psychose de la théorie du complot des petits martiens et des lapins crétins. 
Je pense que la société française, est manipulée à coup d'abrutisation médiatique, abaissons encore et toujours le niveau intellectuel des gens, pour pouvoir les manipuler à souhait, et je pense que nous sommes également moutonné par la consommation, achetons, achetons, créons nous des besoins inutiles.
Oui je sais mon discours est ambivalent, je suis moi-même victime de cette consommation. Je craque régulièrement pour une consommation non vitale, et pourtant j'en suis consciente. 
Donc ma propre névrose me pousse à une espèce de schizophrénie
avec des phases de surconsommation alterner avec des phases de no buy complet....

Bref je recommande fortement cette trilogie, qui n'est finalement pas si fifille, pas si young adult qu'elle n'y parait.